Exporter les métadonnées de l'indicateur dans un fichier Excel Afficher les résultats de l'indicateur sur une page Web interactive (dans une nouvelle fenêtre) ou les télécharger dans un fichier PDF.

Métadonnées sur les indicateurs

NomHospitalisations entièrement attribuables à l'alcool
Nom abrégé ou autre nom

Sans objet

Description

Taux d’hospitalisations normalisé selon l’âge pour des affections totalement (100 %) attribuables à l’alcool, par 100 000 personnes âgées de 10 ans et plus.

Pour plus de details, consultez le document Notes méthologiques générales.

InterprétationUn faible taux est souhaitable.
Dimension du cadre de PSS

Résultats du système de santé : Améliorer l’état de santé des Canadiens

Nature des besoins

Rester en santé

Couverture géographique

Ensemble des provinces et des territoires

Niveau de déclaration et désagrégation

National, Provincial et territorial, Régional

Résultats de l’indicateur

Accès aux résultats des indicateurs sur Votre système de santé : En détail

Identification de l’indicateur
NomHospitalisations entièrement attribuables à l'alcool
Nom abrégé ou autre nom

Sans objet

Description et calcul de l’indicateur
Description

Taux d’hospitalisations normalisé selon l’âge pour des affections totalement (100 %) attribuables à l’alcool, par 100 000 personnes âgées de 10 ans et plus.

Pour plus de details, consultez le document Notes méthologiques générales.

Calcul : description

(Nombre d’hospitalisations pour une affection totalement attribuable à l’alcool chez les patients de 10 ans et plus ÷ population totale âgée de 10 ans et plus à la mi-année) × 100 000 (ajusté selon l’âge)

Unité d’analyse : chaque sortie

Calcul : affectation géographique

Lieu de résidence

Calcul : type de mesure

Taux - Taux par 100 000 habitants

Calcul : ajustement

Ajusté selon l’âge

Calcul : méthode d’ajustement

Normalisation directe

  • Population de référence : Population canadienne de 2011
Dénominateur

Description :
Population totale âgée de 10 ans et plus à la mi-année

Numérateur

Description :
Nombre total d’hospitalisations pour une affection entièrement attribuable à l’alcool chez les patients de 10 ans et plus
Inclusions :

  • Sexe inscrit : homme ou femme
  • Sortie d’un hôpital général ou psychiatrique, ou d’une clinique de chirurgie d’un jour
  • Les codes ci-dessous ont été utilisés uniquement pour consigner les affections totalement attribuables à l’alcool :
     
    À l’extérieur du Québec
     
    a) Enregistrements de patients hospitalisés : codes de la CIM-10-CA pour les affections 100 % attribuables à l’alcool (voir les codes de la CIM-10-CA à l’annexe 1) consignés comme diagnostic de type M, 1, W, X, Y ou 9 dans la Base de données sur les congés des patients (BDCP); ou
     
    b) Enregistrements de chirurgie d’un jour : codes d’affections 100 % attribuables à l’alcool (voir les codes de la CIM-10-CA à l’annexe 1) consignés comme problème principal (PP) ou autre problème (AP) dans le Système national d’information sur les soins ambulatoires (SNISA) ou comme diagnostic de type M, 1 ou 9 dans la BDCP; ou
     
    c) Enregistrements du Système d’information ontarien sur la santé mentale (SIOSM) :
  • codes du DSM-IV-TR pour les affections 100 % attribuables à l’alcool (voir les codes du DSM-IV à l’annexe 1) consignés comme diagnostic principal ou diagnostic secondaire dans les enregistrements de patients hospitalisés; ou
  • (lorsque des codes du DSM-IV-TR sont manquants) code de toxicomanie comme diagnostic principal ou diagnostic secondaire et visite au service d’urgence comportant un code d’affection 100 % attribuable à l’alcool (voir les codes de la CIM-10-CA à l’annexe 1) consignée dans le SNISA dans les 7 jours précédant l’admission à un lit dans le SIOSM
     
    Au Québec
     
    a) Enregistrements de patients hospitalisés et de chirurgie d’un jour :
     
  • codes d’affections 100 % attribuables à l’alcool (voir les codes de la CIM-10-CA à l’annexe 1) consignés comme diagnostic de type M, 1, W, X, Y ou 9 dans la Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH); ou
     
  • codes d’affections 100 % attribuables à l’alcool (voir les codes de la CIM-10-CA à l’annexe 1) consignés comme diagnostic de type C et
     
    b) codes de la CIM-10-CA pour les affections partiellement attribuables à l’alcool (voir l’annexe 2) consignés comme diagnostic de type M ou 9
     

Voir les Hospitalisations entièrement attribuables à l’alcool — annexes du Répertoire des indicateurs pour obtenir des descriptions détaillées des codes d’affections totalement attribuables à l’alcool et partiellement attribuables à l’alcool, ainsi que des codes du DSM-IV du SIOSM.

Contexte, interprétation et points de référence
Justification

La consommation abusive d’alcool a des conséquences graves pour la santé des personnes concernées, mais aussi pour la collectivité. Elle est également un fardeau inutile pour le système de santé lorsque les ressources sont limitées. L’abus d’alcool est associé à diverses affections et est l’un des principaux facteurs de décès, de maladie et d’invalidité. Il peut donner lieu à des préjudices intentionnels (agression) ou non intentionnels (accidents de la route et décès).

On ne dispose pas de données comparables sur la prévalence de l’abus d’alcool à l’heure actuelle; cependant, les sorties d’hôpitaux peuvent être utilisées dans les analyses sur l’abus d’alcool dans la collectivité et leur fardeau pour les systèmes de santé. Tout indicateur permettant de mesurer les hospitalisations attribuables à l’alcool peut aider à

– sensibiliser la population à la gravité des conséquences liées à la consommation d’alcool;
– estimer l’ampleur de l’utilisation des services hospitaliers en raison de méfaits causés par l’alcool afin de connaître les besoins en matière d’accès aux services de soins de santé primaires, aux services sociaux et communautaires en dépendances, en réadaptation et en santé mentale, ainsi qu’aux services d’éducation et de prévention;
– déceler les sources locales de préoccupation et signaler les problèmes potentiels d’accès aux services appropriés (comme les soins de santé primaires ou les services sociaux et communautaires);
– déterminer les futurs besoins en matière de services de santé et la répartition appropriée des ressources tant pour la prise en charge que pour la prévention de l’abus d’alcool;
– encourager la prise de mesures visant à réduire et à prévenir le fardeau des affections attribuables à l’alcool en éclairant les politiques touchant l’alcool et les secteurs prioritaires;
– surveiller l’efficacité des politiques actuelles sur l’alcool.

Interprétation

Un faible taux est souhaitable.

Dimension du cadre de PSS

Résultats du système de santé : Améliorer l’état de santé des Canadiens

Nature des besoins

Rester en santé

Objectifs et points de référence

Sans objet

Références

1. Organisation mondiale de la santé. Global Status Report on Alcohol and Health 2014. 2014.

2. Rehm J, Baliunas D, Borges GL, et al. The relation between different dimensions of alcohol consumption and burden of disease: An overview. Addiction. 2010.

3. Rehm J, Shield KD. Alcohol Consumption, Alcohol Dependence and Attributable Burden of Disease in Europe: Potential Gains From Effective Interventions for Alcohol Dependence. 2012.

4. Patra J, Taylor B, Rehm J, et al. Substance-attributable morbidity and mortality changes to Canada’s epidemiological profile: Measurable differences over a ten-year period. La revue canadienne de santé publique. 2007.

5. Holmes J, Angus C, Buykx P, et al. Mortality and Morbidity Risks From Alcohol Consumption in the UK: Analyses Using the Sheffield Alcohol Policy Model (v.2.7) to Inform the UK Chief Medical Officers’ Review of the UK Lower Risk Drinking Guidelines. 2016.

6. Statistique Canada. Consommation abusive d’alcool, 2014. Consulté le 12 août 2016.

7. Rehm J, Giesbrecht N, Patra J, Roerecke M. Estimating chronic disease deaths and hospitalizations due to alcohol use in Canada in 2002: Implications for policy and prevention strategies. Preventing Chronic Disease. 2006.

8. Association canadienne de santé publique. Un prix trop élevé : une approche de santé publique aux politiques sur l’alcool au Canada. 2011.

9. Young MM, Jesseman RJ. Répercussions des troubles liés aux substances sur l’utilisation des services hospitaliers. 2014.

10. Keurhorst M, van de Glind I, Bitarello do Amaral-Sabadini M, et al. Implementation strategies to enhance management of heavy alcohol consumption in primary health care: A meta-analysis. Addiction. 2015.

11. Organisation mondiale de la santé. Soixantième assemblée mondiale de la santé : point 12.7 de l’ordre du jour provisoire — Stratégies et interventions fondées sur des données factuelles visant à réduire les méfaits de l’alcool. 2007.

12. Organisation mondiale de la santé.Stratégie mondiale visant à réduire l’usage nocif de l’alcool. 2010.

13. Groupe de travail sur la stratégie nationale sur l’alcool. Réduire les méfaits liés à l’alcool au Canada : vers une culture de moderation. 2007.

14. Association of Public Health Epidemiologists in Ontario. Alcohol attributable hospitalizations for selected chronic disease and injuries. Consulté le 4 octobre 2016.

15. Centre for Addictions Research of BC. Hospitalizations and deaths in BC. Consulté le 12 août 2016.

16. Public Health England. Local alcohol profiles for England. Consulté le 12 août 2016.

17. National Drug Research Institute. Bulletin 1: Alcohol-Caused Deaths and Hospitalisations in Australia, 1990–1997. 1999.

18. County Health Rankings and Roadmaps. Alcohol-related hospitalizations. Consulté le 10 août 2016.

Disponibilité des sources de données et résultats
Sources des données

BDCP, BDMH, SNISA, SIOSM

Années de données disponibles

Type d’année :
Exercice
Première année de données disponibles :
2015
Dernière année de données disponibles :
2015

Couverture géographique

Ensemble des provinces et des territoires

Niveau de déclaration et désagrégation

National, Provincial et territorial, Régional

Mise à jour des résultats
Fréquence de mise à jour

Chaque année

Résultats de l’indicateur

Outil Web :
Votre système de santé : En détail
URL :
Accès aux résultats des indicateurs sur Votre système de santé : En détail

Mises à jour

Sans objet

Énoncé de qualité
Mises en garde et limites
  • Cet indicateur permet de dénombrer les hospitalisations pour des affections totalement attribuables à l’alcool. Les affections partiellement attribuables à l’alcool (p. ex. cancers, accidents vasculaires cérébraux, maladies respiratoires) ne sont pas saisies comme telles. On estime que parmi l’ensemble des hospitalisations liées à l’alcool, 30 % sont dues à des affections totalement attribuables à l’alcool et 70 % à des affections partiellement attribuables à l’alcool.
     
  • Cet indicateur repose sur la saisie de données sur la consommation d’alcool comme cause d’affection ou de maladie (100 % attribuable) pour laquelle des soins sont dispensés. Par conséquent, les affections potentiellement liées à l’alcool, mais non diagnostiquées ni consignées comme telles (p. ex. maladies du foie non attribuables à l’alcool) peuvent ne pas être prises en compte.
     
  • Les préjugés liés à l’alcool influent sur la saisie des affections découlant de la consommation d’alcool. La prudence croissante dont fait preuve le personnel clinique et la sensibilité des patients concernant la saisie de la consommation d’alcool au dossier peuvent avoir une incidence sur la proportion de certaines affections pour lesquels un lien avec l’alcool est consigné.
     
  • Les accidents et les blessures, subies soi-même ou infligées à autrui, sont des conséquences graves de la consommation d’alcool; toutefois, le présent indicateur porte principalement sur les maladies mentales et les affections attribuables à l’alcool. Les blessures infligées à autrui ne sont pas incluses, mais tout patient admis en raison d’une affection attribuable à l’alcool peut aussi présenter des blessures physiques.
     
  • Étant donné que le traitement des affections attribuables à l’alcool peut relever de différents secteurs du système de santé, dont les cliniques, les services d’urgence et les hôpitaux généraux et psychiatriques, les variations dans les résultats de l’indicateur peuvent être influencées par les services dispensés, la capacité, l’accès aux soins et le type de services et de dispensateurs.
Problèmes relatifs à l’établissement des tendances

Sans objet

Commentaires

Les résultats de cet indicateur sont aussi disponibles dans

  • l’outil Web Votre système de santé : En bref.